< Retour au sommaire

De tous les métiers, les RH sont (souvent) les plus mal payés

Les DRH de l’Hexagone sont parmi les moins rémunérés en comparaison avec l’ensemble des autres familles de métiers, indique une étude de l’Observatoire de la Rétribution de Deloitte France. La même tendance concernant les jeunes diplômés de la fonction RH situés en dernière position, tant en salaire de base qu’en rémunération totale.

Les rémunérations de la fonction RH sont inférieures à celles du marché général que cela soit au niveau de la population cadre ou non-cadre (de 1 à 3%). C’est ce que laisse apparaître cette étude réalisée en partenariat avec l’ANDRH, à partir des données collectées à travers l’étude de rémunération individuelle (ERI) de Deloitte qui a réuni en 2014 près de 350 entreprises et plus de 750.000 titulaires, dont 17.000 titulaires RH répartis dans 350 sociétés.

« Ce décrochage peut notamment s’expliquer par le fait que la fonction RH soit encore trop perçue comme une fonction éloignée des problématiques business et de la création de valeur pour l’entreprise, indiquent les auteurs. Il est alors plus compliqué de créer des packages de rémunération basés sur la performance et l’atteinte d’objectifs business, plus difficilement quantifiables que pour certaines fonctions comme le Marketing ou la Finance. Un rééquilibrage des pratiques de rémunération dans la fonction RH passera sans doute par un recentrage de cette fonction au coeur de la stratégie de l’organisation. »

Paradoxe: alors que la « guerre des talents » et le recrutement de collaborateurs clés constituent aujourd’hui un des plus importants enjeux stratégiques des entreprises, la fonction recrutement reste la moins valorisée parmi l’ensemble des fonctions RH en terme de rémunération. Les cadres de cette fonction sont ainsi situés entre 5 et 11% en dessous des rémunérations pratiquées au niveau de l’ensemble de la famille de métiers RH.

En analysant dans le détail les pratiques, il ressort que ce sont les métiers d’expertise qui sont les mieux valorisés. On observe en effet que certains profils, comme les spécialistes en rémunération, sont très recherchés: par conséquent les salaires se veulent plus attractifs. Par ailleurs, l’administration et la paie sont en tête des occupations les mieux rémunérées: cela s’explique par une ancienneté et une moyenne d’âge plus élevées.

Bonus, commissions et primes exceptionnelles peuvent représenter une part importante de la rémunération. Cependant, cette pratique est peu marquée dans la famille RH. « Si près de six cadres sur dix ont bénéficié d’une rémunération variable individuelle en 2014, elle est de 15 à 25 points inférieure à celle du marché général, à même niveau de responsabilité. Ainsi, la part variable individuelle représente en moyenne 5% du salaire de base pour les cadres RH de 1er niveau et plus de 15% pour les cadres supérieurs », conclut Philippe Burger, Associé conseil pour la pratique Capital humain chez Deloitte France.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages