< Retour au sommaire

Crise des réfugiés: le monde des entreprises prend 14 actions concrètes

Coordonnée par la FEB, une Task Force « Crise des réfugiés » a été mise sur pied et propose un ensemble de mesures concrètes afin de contribuer à adresser la problématique des réfugiés. Parmi celles-ci, la proposition de raccourcir sensiblement le délai d’accès au marché du travail, le recensement des compétences et l’organisation de formations et de recyclages, l’apport d’un soutien logistique pertinent et la fourniture de biens de première nécessité.

En réponse à l’appel d’un grand nombre d’entreprises et de secteurs, la FEB a organisé le 11 septembre dernier une Task Force « Crise des réfugiés ». Celle-ci a opté pour une contribution qui soit ‘faisable’, ‘utile’ et ‘légale’ en vue de résoudre cette situation de crise. Elle estime que l'accent doit être mis sur le recensement des compétences, l’organisation de formations en langues et le raccourcissement des procédures. Mais l’engagement va plus loin. L'objectif poursuivi est d'examiner, conjointement avec les instances compétentes et les ONG impliquées, la manière dont les employeurs pourraient contribuer concrètement à la résolution du problème. « Il n'existe pas de solution unique et idéale à cette problématique extrêmement complexe. Mais cela ne peut être une excuse pour ne rien faire et laisser perdurer ces situations inhumaines », commente Pieter Timmermans, CEO de la FEB.

Les engagements pris sont les suivants:

Institutionnel

1. Dans la période à venir, les organisations patronales fédérale et régionales coordonneront leur contribution à la résolution de la crise des réfugiés en fonction de la répartition actuelle des compétences, afin de déboucher sur une approche cohérente.

2. En tant que représentante de notre pays au sein de la coupole européenne des employeurs BUSINESSEUROPE, la FEB inscrira la problématique des réfugiés, ainsi que la responsabilité des entreprises en tant qu'acteurs sociétaux, au rang de priorité à l’agenda des autres organisations patronales européennes également.

Légal

3. Lors d'une concertation avec le ministre fédéral de l'Emploi Kris Peeters, les partenaires sociaux ont proposé de raccourcir d'un tiers et donc de ramener à quatre mois le délai au-delà duquel les réfugiés de guerre peuvent accéder au marché de l'emploi. Des pistes sont par ailleurs à l'étude en vue d'accélérer la mise à l'emploi des candidats réfugiés pour qui la procédure de reconnaissance est déjà en cours, de façon simple, juridiquement sûre et légale. 

Intégration

4. En vue de leur intégration sur le marché de l'emploi, il conviendrait de recenser au plus vite le profil (fiche de compétences : diplômes, aptitudes, expérience professionnelle, connaissances linguistiques) et les besoins (langue, formation) des réfugiés. L'intégration de ce recensement dès l'enregistrement rendrait immédiate la disponibilité de leur profil de compétences et permettrait ultérieurement de gagner un temps précieux une fois le délai de quatre mois écoulé et leur accès au travail possible. Les membres de la task force sont dès lors prêts à mettre à la disposition de Fedasil le personnel supplémentaire nécessaire pour opérer ce recensement des compétences dès l'enregistrement.

5. Federgon mettra sur pied une task force dans les Régions, en collaboration avec les services publics et privés de l'emploi, afin d'optimaliser l'orientation des réfugiés demandeurs d'emploi vers le marché du travail. Les membres de Federgon assisteront à cet effet les services publics de l'emploi dans le cadre de projets d'appel d'offres.

6. Les entreprises disposant de postes vacants ou de places de stage peuvent s'adresser aux services publics et privés de l'emploi (notamment les sociétés d'intérim). Les moyens d'organiser ce processus de manière efficace et effective sont en cours d'examen avec les services publics de l’emploi.

7. Les secteurs peuvent pour leur part organiser une journée de rencontre et de coaching concernant les postes vacants dans les entreprises du secteur.

8. Les fédérations sectorielles vont s'enquérir des formations et recyclages pouvant être organisés par le biais des centres/fonds de formation sectoriels.

Faisable

9. Le secteur du transport de marchandises par route et de la logistique est disposé à examiner avec les instances compétentes la manière dont il pourrait contribuer, si nécessaire, à l'organisation de certains flux de marchandises spécifiques dans le cadre de cette crise des réfugiés.

10. Fevia et Comeos sont prêts, en plus de la distribution déjà organisée à la demande des pouvoirs publics, à multiplier les dons alimentaires et non alimentaires par le truchement des organisations caritatives.

11. Plusieurs fédérations sectorielles et leurs membres sont prêts, dès qu'ils auront reçu des signaux concrets sur les besoins à court terme en biens de première nécessité, à mettre à disposition aussi bien des personnes que du matériel, des repas...

12. Plusieurs fédérations sectorielles sont disposées, si nécessaire, à fournir une aide matérielle ou humaine aux initiatives de formation linguistique existantes.

13. Diverses fédérations sectorielles lanceront, par le biais de leurs membres, un appel à leurs collaborateurs pour rejoindre à titre bénévole les initiatives existantes.

14. Diverses entreprises ont fait savoir qu'elles étaient prêtes à mettre bâtiments et équipements à disposition pour permettre un accueil temporaire. Cette aide sera transmise aux instances compétentes.

Le plan d’action ci-dessus sera coordonné plus avant au cours des prochains mois par une task force des fédérations sectorielles de la FEB.

Source: FEB

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages