< Retour au sommaire

Crédit-temps et congés thématiques passent pour la première fois sous la barre des 10%

Le pourcentage de travailleurs du secteur privé recourant à l’interruption de carrière (ou à sa diminution) est passé pour la première fois sous le seuil des 10% en 2018. Les règles plus strictes, la diminution des allocations pour certains travailleurs en crédit-temps ainsi que les modifications planifiées du congé parental contribuent à cette diminution.

Les travailleurs du secteur privé peuvent interrompre ou réduire temporairement leur carrière. En 2018, en moyenne 9,6% des travailleurs ont recouru à l’interruption de carrière, indique Acerta sur base de l’analyse des données réelles de travailleurs en service auprès de plus de 40 000 employeurs issus du secteur privé. La tendance à la baisse des années précédentes s’est ainsi poursuivie en 2018. En 2017, ce pourcentage s’élevait encore à 10,5% et, par rapport à il y a 5 ans, en 2013, la popularité de l’interruption de carrière a reculé de près de 10%. Aujourd’hui, nous passons pour la première fois sous le seuil des 10%.

Moins de crédits-temps et de congés thématiques

Parmi les différentes options d’interruption de carrière, le crédit-temps reste la plus populaire, suivi par le congé parental thématique. Cependant, presque toutes les formes d’interruption (les crédits-temps, les divers congés thématiques, à temps plein ou partiel) enregistrent pour 2018 un pourcentage inférieur à l’année précédente.

Les crédits-temps représentaient plus de la moitié (55,88%) de toutes les interruptions de carrière prises en 2018. 5,38% de tous les travailleurs du secteur privé ont recouru au crédit-temps pour réduire ou interrompre temporairement le travail. En 2017, il s’agissait encore de 5,92% d’entre eux. Les règles plus strictes pour le crédit-temps et la diminution des allocations pour certaines catégories de travailleurs en crédit-temps se trouvent à l’origine de cette baisse.

«  Fin 2016, des coupes avaient déjà été opérées dans les allocations, explique Amandine Boseret, juriste chez Acerta. Depuis avril 2017, ce sont ensuite les modalités du crédit-temps qui ont été durcies: le crédit-temps sans motif a été supprimé. De plus, les règles des crédits-temps avec motif sont devenues plus strictes. Par exemple, pour l’assistance médicale, il a été rappelé aux médecins leur responsabilité de la prescrire, de plus, elle n’est plus possible que pour les alliés au 1er degré. L’accord pour l’emploi de 2018 recule à nouveau l’emploi de fin de carrière avec allocation à l’âge plus avancé de 60 ans, même si, entre-temps, une CCT révoque ce recul pour certaines formes spécifiques d’emplois de fin de carrière. Lorsque les règles sont renforcées, l’intérêt baisse. C’est logique. »

Les parents attendent la réforme

3,23% de tous les travailleurs du secteur privé ont pris un congé parental en 2018. Ou encore, le congé parental représentait 33,55% de toutes les interruptions de carrière. Néanmoins, pour le congé parental aussi, les chiffres de 2018 sont inférieurs à ceux des années précédentes.

« La baisse d’intérêt pour le congé parental pourrait aussi être la conséquence d’une position attentiste des travailleurs, commente-t-elle. Nous pouvons le déduire des nombreuses questions que nous recevons sur le congé parental. En effet, depuis septembre 2018, on parle de la possibilité de prendre un congé parental sous forme de dixième, ce qui signifierait concrètement qu’un parent pourrait rester à la maison en congé parental uniquement le mercredi après-midi. Pour l’instant, il ne peut être pris qu’à temps plein, mi-temps ou à 1/5e. Il serait aussi question de rendre les périodes de congé parental plus flexibles et de, par exemple, pouvoir aussi prendre le congé parental par semaine. Ce sont des pistes intéressantes pour le travailleur. Pour l’employeur, elles auraient toutefois un impact sur le planning et l’administration. Les arrêtés royaux nécessaires ont été publiés le 22 mai de sorte que les travailleurs pourront enfin y recourir à partir du 1er juin 2019. »

Le nombre d’interruptions de carrière culmine entre 30 et 39 ans

Si nous nous penchons sur l’âge des travailleurs qui optent pour une interruption de carrière, nous constatons alors un premier pic entre 30 et 39 ans. C’est aussi la catégorie d’âge où les soins aux enfants sont les plus importants et où la demande de congé parental l’est donc aussi. Les chiffres détaillés sur le congé parental indiquent d’ailleurs que les hommes, donc les pères, recourent de plus en plus souvent au congé parental, une légère augmentation qui se poursuit malgré la tendance générale en 2018.

On remarque également un deuxième pic plus important chez les travailleurs de plus de 50 ans. Les pourcentages pour 2018 (respectivement 8,95 % et 6,54 %) sont une nouvelle fois inférieurs à ceux de 2017 (9,66 % et 11,32 %). Pour la catégorie des plus de 60 ans, qui était encore la catégorie avec le plus grand pourcentage d’interruptions de carrière en 2017, il s’agit même d’une diminution importante permettant ainsi aux 50 à 60 ans d’obtenir le score le plus élevé.

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages