< Retour au sommaire

Conjoncture: les perspectives à court terme restent incertaines

La FEB envisage une croissance faible pour les six prochains mois et table sur une croissance annuelle de 0,9% en 2015. Pour le prochain semestre, près de 44% des secteurs interrogés estiment que l’emploi se maintiendra à son niveau actuel. Le reste des secteurs, soit 56%, envisage un recul de l’emploi.

Deux fois par an, la FEB conduit une enquête auprès de ses fédérations membres sur l’état de la conjoncture. Il s’agit de connaître leur avis et leurs prévisions pour les prochains mois. La croissance volatile des pays voisins et le contexte international assez mouvementé se reflètent aussi dans l’économie belge. Alors que la croissance de la Belgique était de bon augure au premier trimestre 2014 (+0,4%), elle s’est fortement ralentie au deuxième trimestre (+0,1%). Au troisième trimestre, celle-ci a augmenté de 0,2%. La croissance n’est donc pas encore au rendez-vous; par conséquent, les prévisions ont été revues à la baisse.

En 2013, le PIB avait progressivement dépassé le niveau culminant enregistré avant la crise; il se situe maintenant 1,5% au-dessus de celui-ci. On observe cependant une forte divergence de croissance entre les secteurs d’activité. On voit par exemple que la valeur ajoutée dans le secteur de l’industrie stagne toujours plus de 5% sous son niveau d’avant la crise, tout comme celle relative aux secteurs du commerce, des transports et de l’horeca. Ces derniers ont même vu leur croissance faiblir au deuxième trimestre 2014. Bien qu’il ait une valeur ajoutée plus élevée qu’avant la crise, le secteur de la construction, en baisse depuis le début de l’année, craint les conséquences négatives des nouvelles mesures imposées par les gouvernements.

En ce qui concerne les perspectives des fédérations membres, aucun secteur n’envisage une augmentation de l’activité économique pour les six prochains mois. La majorité des secteurs (68,75%) prévoit un statu quo des activités, tandis que le reste s’attend à une baisse. C’est un résultat nettement moins optimiste que celui de l’enquête précédente (47% prévoyaient une hausse), qui traduit diverses inquiétudes concernant des facteurs externes aux entreprises, tels qu’un climat économique international fragile (impact des tensions géopolitiques internationales, croissance plus modérée), l’incertitude quant à la date d’implémentation des réformes annoncées, ou encore le risque de black-out.

Sur base des résultats provenant de l’enquête auprès des secteurs ainsi qu’en tenant compte des autres éléments conjoncturels décrits, la FEB envisage une croissance faible pour les six prochains mois et table sur une croissance annuelle de 0,9% en 2015. Alors que la Belgique avait une croissance parmi les plus fortes de la zone euro, aujourd’hui la tendance s’inverse. De plus, l’écart avec les perspectives de croissance de l’Union européenne s’allonge.

Pas encore de relance de l’emploi

La faible croissance économique n’a pas pu engendrer de gros changements au niveau de l’emploi. À première vue, on voit que l’évolution nette de l’emploi en Belgique est positive depuis fin 2013, ce qui est un bon signe. Mais lorsqu’on regarde en détail, on constate que c’est principalement dans le secteur non marchand que l’emploi a augmenté (ex. soins de santé, enseignement, administration publique…).

En revanche, dans le secteur de l’industrie et de la construction, l’emploi ne cesse de baisser. Les secteurs de service marchand (tels que les services aux entreprises, l’immobilier) ont bien évolué, mais ils ne compensent pas les pertes dans le reste du secteur marchand. Au final l’emploi dans le secteur marchand stagne depuis environ deux ans et n’a toujours pas retrouvé le niveau d’avant crise.

En ce qui concerne les six prochains mois, 43,75% des secteurs interrogés estiment que l’emploi se maintiendra à son niveau actuel. Le secteur de l’intérim, considéré comme précurseur de l’évolution de l’emploi, fait partie de ceux-là. Le reste des secteurs, soit près de 56,25%, envisage un recul de l’emploi dans les six prochains mois. À court terme, le problème des coûts salariaux plus élevés que dans les pays voisins reste un frein à la compétitivité, même si les secteurs espèrent pouvoir envisager de meilleures perspectives d’emploi lors de la prochaine enquête, lorsque les réformes annoncées par les gouvernements auront été appliquées.

Reprise hésitante

Le handicap salarial reste toujours le problème numéro un dans le court terme, mais on voit également que l’insécurité juridique et l’absence de cadre réglementaire stable et prévisible nuisent également aux entreprises, de même que les diverses taxes et que le coût et la disponibilité de l’énergie et des matières premières.

Étant donné le temps nécessaire pour l’application des réformes, il faudra encore quelques mois avant que leurs effets ne se fassent pleinement sentir. Elles devraient néanmoins exercer une influence positive sur les perspectives lors des prochaines enquêtes sur la conjoncture. Au niveau international, le climat économique fragilise les perspectives de croissance de la Belgique. La reprise hésitante des pays avancés et la croissance modérée des pays émergents, l’incertitude concernant la croissance des pays voisins de la Belgique et la situation géopolitique dans certains pays (ex. l’embargo sur le commerce de biens avec la Russie) touchent de nombreux secteurs belges actifs à l’international.

Tous ces éléments empêchent les entreprises d’avoir une vision claire sur les perspectives d’avenir à court terme. La mise en œuvre des réformes visant à renforcer notre compétitivité, et plus de certitude quant à la sécurité d’approvisionnement en énergie devraient apporter une bulle d’oxygène à nos entreprises dans les prochains mois. En supposant que, parallèlement, la situation s’améliore au niveau international, c’est-à-dire que les tensions géopolitiques se réduisent et que la demande de nos partenaires commerciaux augmente, les perspectives économiques pour la Belgique devraient encore s’éclaircir.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages