< Retour au sommaire

Burn-out: « Il faut inventer de nouveaux équilibres professionnels »

Une pathologie individuelle, le burn-out? Le philosophe Pascal Chabot en livre une autre lecture: avant d’être un problème individuel, le burn-out serait d’abord une pathologie de civilisation, souvent mal comprise en raison de sa surmédiatisation. Elle ne relève pas pour autant de la fatalité: différentes clés de compréhension ont été proposées lors de la conférence HR Public pour contribuer à aider les DRH à y faire face.

Depuis le 1er septembre 2014, les notions de stress et de burn-out sont reprises dans la loi belge sur le bien-être. Il était donc incontournable pour HR Public, la plate-forme des responsables RH du secteur public, d’accorder une place à la question du burn-out dans son programme 2015 consacré au bien-être au travail. Mais plutôt que de céder à l’engouement entourant ce qui est devenu la plus médiatique des pathologies liées au travail, les organisateurs ont eu le bon goût de donner la parole à un philosophe pour un regard original sur la problématique.

Après avoir étudié la philosophie à l’Université Paris Sorbonne-Paris I et à l’Université libre de Bruxelles, Pascal Chabot a consacré sa thèse de doctorat à la pensée de Gilbert Simondon, un philosophe français dont l’œuvre traite du problème de la technique et des nouvelles formes d’aliénation. Aujourd’hui chargé de cours à l’Institut des hautes études des communications sociales (IHECS), il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Global Burn-out (PUF, 2013) et L’âge des transitions (PUF, 2015).

« Il peut paraître étonnant qu’un philosophe se penche sur la question du burn-out, a priori éloignée des thèmes dont traite habituellement la philosophie », reconnaît Pascal Chabot en ouverture de la conférence Burn-out, quête de sens et technocapitalisme, organisée le 1e octobre dernier. Mais, à ses yeux, l’épreuve douloureuse du burn-out apparaît comme un révélateur de notre rapport au progrès et de notre conception du travail. « Le sujet est médiatisé et à juste titre, mais avec tout ce que cela comporte comme simplifications, travestissements de la réalité. Le burn-out est le symptôme qu’il se passe quelque chose et ce n’est qu’en comprenant ce ‘quelque chose’ en profondeur qu’on peut s’en libérer. »

Lisez l’article complet dans l’édition n°7 de HR Square (novembre-décembre 2015). Demandez un numéro d’essai gratuit à Jens Ottoy ou prenez contact par téléphone au 02/515.07.60. Pour devenir membre du réseau HR Square et ne manquer aucune de nos éditions, contactez Nathalie Dierickx. L’adhésion à HR Square vous permet de bénéficier de l’accès à l’intégralité du contenu en ligne.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages