< Retour au sommaire

Baromètre Cegos: les réseaux sociaux sont aujourd’hui ‘apprivoisés’

Les réseaux sociaux et, plus globalement, les outils numériques sont pleinement entrés dans le quotidien des salariés, qui jugent leur impact positif. Dans la pratique, pourtant, les dirigeants et managers apparaissent comme des « croyants peu pratiquants ».

En France, six salariés sur dix et près d’un dirigeant sur deux se connectent au-moins une fois par jour aux réseaux sociaux. C’est ce que montre le deuxième baromètre des usages et impacts des réseaux sociaux et du digital dans l’entreprise publié par Cegos. Pour cette édition 2014, 1.000 salariés et 300 dirigeants et managers impliqués dans le pilotage des réseaux sociaux et du digital pour leurs entreprises de plus de 50 salariés ont été interrogés en juin 2014. Cette adoption se révèle unanime, sans fracture générationnelle notable. Facebook reste le réseau social préféré des salariés (72% l’utilisent, + 11 points vs. 2012), alors que les dirigeants/managers privilégient les réseaux professionnels (92% utilisent Viadeo, 82% LinkedIn).

Fait marquant, près de deux salariés sur dix n’utilisent aujourd’hui aucun réseau social. Au coeur des refus d’utilisation, la peur d’être dépossédé: 53 % de ces non-utilisateurs veulent protéger leur vie privée (+ 6 pts vs. 2012) et 33% craignent une perte de contrôle sur leurs informations personnelles (+10 pts vs. 2012). Les salariés connectés semblent d’ailleurs leur donner raison: dans la pratique, 60% d’entre eux ont modifié leurs comportements sur les réseaux sociaux depuis les révélations d’Edward Snowden sur les écoutes de la NSA.

« Il ne semble plus y avoir de vision manichéenne des réseaux sociaux, observe Philippe Gérard, expert Cegos de la communication digitale. Ils sont aujourd’hui perçus, par les salariés comme par les dirigeants/managers, sans angélisme ni diabolisation, mais avec objectivité: ils sont un outil parmi d’autres dans leur écosystème d’information/relation. Après une phase logique de découverte et d’appropriation, les réseaux sociaux sont aujourd’hui ‘apprivoisés’ et leurs utilisateurs ne paraissent plus démunis dans leurs usages. Cette maturité est d’ailleurs visible à tous les âges. »

Perceptions tranchées

Conséquence de cette plus grande maturité, les jugements portés sur l’utilité et l’apport des réseaux sociaux se révèlent très tranchés selon que l’on soit dirigeant/manager ou salarié. Ainsi, 25% des dirigeants/managers sont d’accord pour dire qu’il est possible de travailler sans les réseaux sociaux, contre 61% des salariés. De même, 36% pensent qu’il est possible de vivre sans les réseaux sociaux, contre 56% des salariés. Au regard de leur pratique des réseaux sociaux au quotidien, 60% des dirigeants/managers perçoivent les réseaux sociaux comme des outils d’émancipation (veille, ouverture sur l’extérieur, liberté d’expression…), contre 35% des salariés. Dans la même optique, l’impact positif des réseaux sociaux sur l’activité quotidienne des salariés évolue très nettement: 51% des salariés estiment que les réseaux sociaux ont une incidence positive sur leur accès à l’information (+ 19 pts vs. 2012), 38% sur leur efficacité professionnelle (+28 pts vs. 2012).

Outils collaboratifs

Près de 30% des personnes interrogées (+11 pts vs. 2012) pensent que leur entreprise dispose d’un réseau social interne et près des deux tiers l’utilisent. Le réseau social d’entreprise gagne donc du terrain et cette évolution semble progressive puisque 19% des entreprises envisagent d’en créer un. Parmi la palette d’outils collaboratifs aujourd’hui disponibles dans l’entreprise, les outils de conversation et de travail collaboratif sont les plus répandus: 76% des dirigeants/managers utilisent la visio-conférence, 45% des salariés la messagerie instantanée, etc. Les outils de contenus (plateforme de formation du type e-learning, blogs, wikis, web TV…) sont les moins utilisés, par les deux populations interrogées.

Exemplarité?

En effet, ces derniers croient plus que les salariés à l’apport positif des outils collaboratifs (en termes de productivité, d’organisation et de communication). Mais, dans la pratique, Un dirigeant/manager sur deux avoue peu utiliser tous les outils disponibles et avoir du mal dans la manipulation de ces outils (vs. 12% des salariés dans les deux cas!). De même, 62% pensent ne pas être suffisamment informés sur l’usage de ces outils, contre 23% des salariés. En la matière, les dirigeants/managers paraissent donc être des ‘croyants peu pratiquants’. « Les salariés peuvent être les fers de lance des mutations en cours: 6 sur 10 ont conscience de la digitalisation de leur environnement de travail ; et 8 sur 10 ne la perçoivent pas comme une source d’inquiétude. Notre enquête montre que les réseaux sociaux ont créé un nouveau métier dans une entreprise sur deux: c’est une proportion très importante au regard de la ‘jeunesse’ de ces outils. Les ressources humaines ont tout à gagner à s’appuyer sur cette prise de conscience positive des salariés pour relever le défi de la transformation digitale », conclut Patrick Galiano.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages