< Retour au sommaire

Application du Travail faisable et maniable: encore du pain sur la planche!

Plus d’un employeur sur quatre disent ne pas connaître la loi sur le Travail faisable et maniable. C’est le chiffre étonnant qui ressort d’un sondage publié par Acerta. Parmi les employeurs qui la connaissent, à peine 30% la mettent en pratique. Si les travailleurs semblent surtout traduire le Travail faisable et maniable en horaires flottants et télétravail, les employeurs se posent avant tout des questions par rapport aux heures supplémentaires.

Le sondage montre toutefois que 72% des employeurs connaissent effectivement cette loi. Toutefois, seuls 30% d’entre eux la mettent en pratique. Le travail faisable et maniable a donc du pain sur la planche. Les employeurs ne sont pas encore suffisamment conscients qu’il est nécessaire pour certaines formes de travail (travail à temps partiel) et utile pour d’autres de, par exemple, modifier le règlement de travail, fixer des politiques claires et conclure des accords individuels.

Ce n’est pas parce que des employeurs avancent ne pas connaître la « loi Peeters » qu’ils ne sont pas conscients des problématiques qui y sont liées. Le télétravail, les heures supplémentaires, les horaires flottants... Ce sont des sujets omniprésents sur le marché du travail. Ceux-ci ne concernent pas seulement les employeurs, mais aussi les travailleurs. La loi Travail faisable et maniable n’est dès lors pas tombée du ciel en février dernier, la demande était bien présente.

Une belle preuve est l’épargne-carrière. Bien que cette partie de la loi puisse encore être amendée par les partenaires sociaux, 20% des membres du panel affirment que leurs travailleurs peuvent d’ores et déjà épargner des jours de vacances extralégaux. 4% d’entre eux sont même prêts à transformer les futures primes en jours de vacances supplémentaires. Un pourcentage certes peu élevé, mais tout de même considérable pour une décision pionnière.

Tout travail n’est pas dissociable d’un lieu et d’un horaire

Si ces dernières années, une tentative d’équilibrer les statuts d’employés et d’ouvriers a vu le jour, la ligne de rupture est bien visible au niveau du travail faisable et maniable. Seuls 8% des travailleurs bénéficiant d’horaires flottants sont des ouvriers, pour qui il n’est même pas question de télétravail. Le sondage du panel montre que le projet de réalisation du Travail faisable et maniable par le biais d’horaires flottants et de télétravail n’est pas une solution réaliste pour tous.

Flexibilisation ad hoc sans politique

Il serait erroné de conclure que nous ne sommes nulle part en matière de flexibilisation. Pour 36% des employés, le télétravail est déjà possible: la plupart d’entre eux (75%) travaillent de la maison 1 jour par semaine. 89% des employés et 14% des ouvriers se voient accorder du télétravail occasionnel, par ex. s’ils doivent être à la maison pour laisser entrer un homme de métier. Il est encore plus important que s’il autorise déjà le télétravail structurel dans son organisation, l’employeur indique réagir de manière positive à la question de télétravail occasionnel, si celui-ci est possible. Entre les employeurs et les travailleurs individuels, des accords sont bel et bien conclus en matière de télétravail.

Une flexibilisation de préférence à double sens

Une flexibilisation plus difficile sont les heures supplémentaires. Bien que la loi Travail faisable et maniable ait permis aux travailleurs de prester volontairement jusqu’à 100 heures supplémentaires par an (pour autant que l’employeur soit d’accord, bien entendu) qui ne doivent pas être récupérées plus tard, cette option d’heures supplémentaires n’est pas (encore) très populaire. Seuls 11% des employeurs ont constaté une demande concrète de la part d’un ou plusieurs travailleurs. 11% des employeurs ont également déjà pris personnellement l’initiative d’informer leurs travailleurs de cette possibilité. Près de la moitié pense que moins de 5% des travailleurs seraient intéressés par cette option.

Si les travailleurs semblent surtout traduire le Travail faisable et maniable en horaires flottants et télétravail, les employeurs se posent surtout des questions par rapport aux heures supplémentaires. « Les thèmes de la loi Travail faisable et maniable sont bel et bien actuels dans nos entreprises. Trop peu d’employeurs sont toutefois conscients qu’il est nécessaire ou utile (en fonction du thème) d’y adapter les outils juridiques au niveau de l’entreprise. Ainsi, 43% des employeurs savent que les modifications dans la réglementation travail à temps partiel impliquent une adaptation du règlement de travail. 72% d’entre eux doivent encore lancer la procédure. En ce qui concerne l’application de la réglementation Travail faisable et maniable, l’employeur a encore du pain sur la planche », conclut Nathalie Florent, Consultant Legal & Reward chez Acerta.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages