< Retour au sommaire

Amélioration de l'emploi, diminution de la pauvreté et mutation du monde du travail

Le nombre d'Européens ayant un emploi a affiché le niveau le plus élevé jamais enregistré, s'établissant à 232 millions de personnes. C’est ce que révèle le dernier examen annuel de l'emploi et de la situation sociale en Europe (ESDE) qui pointe aussi les défis à relever pour les années à venir.

Quelque trois millions d'emplois ont été créés l’année dernière et le taux d'emploi a légèrement augmenté, faisant ainsi reculer la pauvreté. Toutefois, le chômage reste élevé, avec de fortes disparités entre les États membres. Les marchés du travail et les sociétés civiles devront s'adapter aux nouvelles formes de travail. Cette année, le rapport ESDE (sur l'emploi et la situation sociale en Europe) s'est concentré sur l'emploi en tant que moyen de lutter contre la pauvreté, la numérisation et l'évolution du monde du travail, le rôle du dialogue social, les disparités entre les États membres et l'intégration des réfugiés sur le marché du travail.

« Ce rapport montre que les efforts déployés au cours des années précédentes portent leurs fruits, commente Marianne Thyssen, commissaire européenne pour l'emploi, les affaires sociales, les compétences et la mobilité des travailleurs. Nos économies continuent à créer des emplois, et les ménages ont vu leur revenu disponible augmenter. Toutefois, de nombreuses personnes ayant un emploi sont encore en situation de pauvreté, ce qui montre qu'il ne s'agit pas uniquement de créer des emplois, mais surtout de créer des emplois de qualité. En outre, les sociétés et les marchés du travail connaissent une mutation, due aux nouvelles technologies et aux nouvelles formes de travail. Celles-ci ouvrent de nouveaux débouchés, mais représentent aussi de nouveaux défis, et nous devons veiller à ce que personne n'en fasse les frais. Le pilier européen des droits sociaux et les nouvelles initiatives dans le cadre de notre stratégie pour des compétences nouvelles en Europe nous permettront de nous attaquer de front à ces défis. »

Emploi en hausse, recul de la pauvreté

Le nombre d'Européens ayant un emploi a affiché le niveau le plus élevé jamais enregistré, s'établissant à 232 millions de personnes. L'année dernière, trois millions d'emplois ont été créés, dont la plupart sont permanents. Un emploi à plein temps efficace protège contre la pauvreté dans la plupart des cas. La part de la population exposée au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale (23,7%) est à son plus bas niveau depuis cinq ans. Cependant, 8,3% des Européens sont encore au chômage (chiffres d'octobre 2016), et le réexamen met en lumière la difficulté du retour à l'emploi dans les années postérieures à la crise (2008-2013): environ un chômeur sur huit seulement est parvenu à retrouver un emploi à temps plein et à durée indéterminée dans un délai de trois ans. Le taux de chômage des jeunes, encore supérieur à 20%, reste un problème majeur.

Évolution du monde du travail

L'avenir du travail est en pleine mutation et reste marqué par la plus forte numérisation de l'économie, notamment à travers l'apparition des plates-formes numériques et l'économie collaborative, qui offriront de nouvelles possibilités d'emploi, le plus souvent sous la forme de travail indépendant. Les investissements dans les TIC ont peut-être été à l'origine d'un tiers de la croissance économique de l'UE entre 2005 et 2010, mais de nombreux postes dans le domaine informatique sont restés vacants. L'investissement dans les compétences est d'une importance fondamentale pour profiter pleinement des avantages de la numérisation.

Convergence et divergence dans l'UE

Des signes encourageants de convergence renouvelée ont été observés, après la forte augmentation des disparités à la suite de la profonde récession de 2009. Toutefois, des différences majeures subsistent encore et les marchés du travail ainsi que les politiques et institutions de protection sociale ont obtenu des résultats très différents dans l'ensemble de l'UE, face à des chocs économiques.

L'intégration des réfugiés sur le marché du travail

En 2015, et au cours des neuf premiers mois de 2016, près de 2,2 millions de demandes d'asile ont été présentées aux États membres. Toutefois, les réfugiés sont confrontés à des obstacles lorsqu'il s'agit d'intégrer nos marchés du travail, tels que des niveaux d'éducation inférieurs et des compétences linguistiques insuffisantes. Il sera essentiel d'investir dans leur formation et leurs compétences linguistiques, et faciliter la reconnaissance de leurs compétences, pour faciliter l'intégration des réfugiés sur le marché du travail. Cette initiative contribuera à renforcer le capital humain de l'UE dans un contexte de sociétés vieillissantes.

Renforcer les capacités de dialogue social

Étant donné que ces nouvelles formes d'emploi peuvent brouiller la distinction entre employeurs et travailleurs, de nouveaux défis apparaissent en ce qui concerne le rôle que peuvent jouer les partenaires sociaux et le dialogue social dans les défis auquel est actuellement confronté le marché du travail. Le rapport ESDE identifie les moyens par lesquels les partenaires sociaux peuvent réagir efficacement à ces défis, en représentant ces nouveaux types des travailleurs et des employeurs et en coopérant avec les pouvoirs publics. Par exemple, dans plusieurs États membres, les nouvelles formes d'entreprise numérique telles qu'Uber et les travailleurs affiliés sont de plus en plus pris en compte en tant que partenaires sociaux. 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages