< Retour au sommaire

‘Aider spontanément ses collègues’ est vu comme la preuve ultime de l’engagement

C’est du moins l’avis exprimé par des dirigeants de PME pour qui l’engagement se traduit avant tout par de petites actions quotidiennes qui démontrent qu’ils mettent en œuvre leurs talents individuels pour le bien de toute l’entreprise. Les leviers classiques comme le télétravail ou le team-building ne sont pas considérés comme entraînant un engagement accru.

Aider spontanément ses collègues (82%) et contribuer à la réflexion sur l’avenir de l’entreprise (80%) sont les caractéristiques les plus importantes des travailleurs engagés, selon l’enquête menée par SD Worx auprès de 780 dirigeants de PME. En revanche, les chefs d’entreprise sont moins nombreux à être convaincus que le contact avec l’entreprise en dehors des heures de travail (45%) et l’organisation d’activités (sociales, familiales et autres) pour l’entreprise (47%) sont le signe d’un engagement important de leurs collaborateurs.

L’engagement maximal envers le client et l’entreprise

Selon les dirigeants de PME, les collaborateurs sont en premier lieu engagés envers leurs clients (37%) et leur entreprise (33%), et dans une moindre mesure envers leurs collègues (14%), leur supérieur direct (9%) et leur chef d’entreprise (8%).

Les chefs d’entreprise sont conscients qu’ils peuvent eux-mêmes accroître l’engagement de leurs collaborateurs. Selon près de sept sur dix d’entre eux (67%), repérer les talents individuels peut stimuler l’engagement de leurs collaborateurs, mais reconnaître les qualités et les résultats des collaborateurs (60,5%) et mettre en place des valeurs et des normes claires (60%) peut aussi pousser l’implication des travailleurs à la hausse, estiment les dirigeants de PME.

Il est très frappant de constater que de nombreux chefs d’entreprise considèrent que des sujets abondamment discutés sur le lieu de travail, comme le travail à domicile et les activités de team-building, n’entraîneront pas immédiatement un engagement accru de la part des collaborateurs. Les augmentations salariales générales ne leur semblent pas non plus vectrices d’une plus grande implication dans l’entreprise. Ces éléments semblent en outre encore peu populaires: près d’un quart des dirigeants de PME déclarent avoir déjà introduit le travail à domicile (24%) ou des activités de team-building (26%), et moins de dix pour cent ont déjà procédé à une augmentation salariale générale (9%).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages