< Retour au sommaire

78% des travailleurs sont peu satisfaits par l’offre de leur employeur en vue d’un mode de vie sain

Ce qui est à déplorer au vu du piètre bilan de santé des Belges actifs: près de la moitié (49%) sont en surpoids, 58% se sentent modérément à carrément en mauvaise santé et 55% prétendent ne pas être bien dans leur peau. Deux tiers admettent avoir une mauvaise hygiène de vie.

Ces données ressortent de l’étude « Les Belges en quête de santé » publiée par Delta Lloyd Life. Celle-ci a porté sur 1.000 Belges actifs (de 18 à 65 ans) sur leur propre état de santé, leur point de vue sur les initiatives en faveur de la santé et le rôle qu’y joue leur employeur aujourd’hui et devrait y jouer demain.

Selon le Belge, vivre sainement est onéreux (51 %), prend beaucoup de temps (44 %) et requiert énormément d’efforts (52 %). « Or, le travailleur moyen passe la moitié de sa journée au travail, réplique Annelore Van Herreweghe, porte-parole de l’assureur vie. Ça équivaut à une période potentielle de 8 heures de promotion de la santé. Par exemple, en rendant l’alimentation saine meilleur marché et plus attrayante, et en veillant à ce qu’elle soit aussi facilement accessible que la ‘malbouffe’. »

Promouvoir la santé présente des avantages aussi pour l’entreprise. « L’étude indique que l’IMC des travailleurs chute jusqu’à 5 % quand ils travaillent dans un environnement professionnel où l’employeur promeut activement une alimentation saine, observe Lieven Annemans, économiste de la santé (Ugent). En conséquence, le nombre de travailleurs avec un régime alimentaire sain peut augmenter de 50%. Des travailleurs en bonne santé affichent de meilleures performances sur le long terme. L’enquête indique également que des travailleurs en bonne santé sont jusqu’à 4 fois plus actifs physiquement chaque semaine. Leur productivité augmente de 10 voire 30%. Et selon plusieurs études, le taux d’absentéisme chute de 25%. D’autres affirment même jusqu’à 50%. Par ailleurs, les entreprises engagées ont toujours une longueur d’avance en termes d’image d’entreprise. Tant en interne qu’à l’extérieur. »

A la question de savoir si l’employeur propose actuellement une offre de boissons saines sur le lieu de travail, seuls 37% ont répondu par l’affirmative. Toutefois, 55% des travailleurs indiquent qu’ils y recourraient si une telle offre leur était proposée. Pour seulement 30% des travailleurs, leur employeur veille aujourd’hui à ce que ses employés puissent manger sainement le midi. Cependant, le potentiel tend à doubler. Près de 6 Belges sur 10 opteraient pour un repas sain si l’employeur le leur proposait. Des fruits sont proposés gratuitement sur le lieu de travail de 1 travailleur sur 5. Pourtant, près de la moitié déclarent qu’ils mangeraient spontanément des fruits si l’employeur le leur proposait. Des aliments sains (collations incluses) sont fournis chez seulement 1 employeur sur 5. 45% y recourraient avec plaisir si l’employeur le leur proposait. `

La question se pose toutefois rapidement de savoir jusqu’où l’employeur peut aller. 75% des personnes interrogées indiquent que le mode de vie relève en définitive de la sphère privée. Le défi pour les employeurs consistera dès lors à trouver le juste équilibre entre incitation et ingérence…

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages