< Retour au sommaire

Certification et employer branding : quels sont les risques à mettre la charrue avant les bœufs ?

Quel rapport existe-t-il entre une certification externe ou un label de qualité RH et l’employer branding ? L’un(e) et l’autre sont souvent évoqués sur un pied d’égalité, ou à tout le moins facilement associés. C’est logique, mais ne vous y trompez pas !

Un label de qualité externe est le résultat d’un long processus qui, idéalement, a été initié avant même de tenter de l’obtenir. Accoler une marque de reconnaissance RH sur une entreprise qui ne connaîtrait pas ou à peine les fondamentaux d’une gestion du personnel digne de ce nom revient à mettre une étiquette d’eau de rose sur un cloaque. Cela peut sembler beau de loin, mais l’odeur n’en sera pas pour autant plus agréable. Comment aborder les choses de façon plus intéressante ?

La première étape : concentrez-vous sur vos collaborateurs. Assurez-vous que les valeurs de l’entreprise, choisies et communiquées, correspondent bien à ce que les travailleurs ressentent effectivement sur le lieu de travail. Traduisez ces valeurs en exigences comportementales. Formez les collaborateurs pour qu’ils puissent apprendre à « vivre » les valeurs de l’organisation. Augmentez-en le ressenti au travail grâce à une enquête sur l’engagement et mettez-vous à l’ouvrage (*).

Déterminez également l’employee value proposition, le « message clé » avec les raisons principales expliquant pourquoi un candidat souhaiterait travailler précisément pour votre organisation et pas pour une autre. Assurez-vous que les ambassadeurs de votre ‘marque de talent’ déploient les efforts supplémentaires utiles pour placer l’entreprise sous le feu des projecteurs, par exemple sur les media sociaux.

Point crucial : définissez de manière cohérente la manière dont vous, en tant qu’employeur, souhaitez être perçu sur le marché pour ce que vous êtes réellement. Mesurez systématiquement votre réputation d’employeur.

Une certification externe n’est en vue que lorsque vous pouvez, en toute confiance, mettre en avant des résultats probants sur tout ce qui précède. Un label de qualité est un outil, pas un objectif. Il s’agit d’une confirmation, d’une reconnaissance externe d’une politique RH cohérente et bien menée. La consécration du travail accompli, avec laquelle vous pourrez faire la différence dans la guerre des talents.

Nombres d’entreprises mettent en exergue comme principal retour sur investissement l’impact qu’un label de qualité a sur la fierté des collaborateurs de travailler pour une telle organisation. Dans les structures où les travailleurs se sentent bien, le label vient confirmer ce qui vit déjà, ce qui est perçu. Il est bon d’avoir une bannière commune derrière laquelle se fédérer. Les entreprises connaissant un mode de fonctionnement décentralisé (consultants, informaticiens, techniciens travaillant chez le client) peuvent assurément y trouver avantage. À l’inverse, l’obtention d’une certification par une entreprise n’étant visiblement pas à la hauteur sonnerait totalement faux et peut même conduire à des réactions négatives en interne. Pour autant bien sûr que ladite entreprise parvienne seulement à boucler le processus de certification…

Dans la plupart des cas, un label de qualité influence positivement la quantité et la qualité des CV reçus. Il arrive régulièrement que des candidats mentionnent dans leur lettre de motivation qu’il s’agit pour eux d’une des raisons pour lesquelles ils posent leur candidature. Il est indéniable que les profils plus formés et qualifiés sont davantage sensibles aux labels et certifications que les cols bleus et les remarquent donc plus souvent. Même dans ce cas, une communication transparente constitue la condition sine qua non : expliquez à vos (futurs) employés comment et pourquoi vous avez obtenu cette marque de reconnaissance et ce qu’elle dit (ou pas) de votre entreprise. Vous en obtiendrez ainsi le maximum. Et vous opèrerez alors le lien adéquat avec la marque employeur.

La morale de cette histoire ? Ne mettez pas la charrue avant les bœufs !

(*) Les recommandations que vous avez lues dans cet article sont basées sur les résultats de recherche des Top Employers portant sur un grand nombre d’organisations certifiées ou non certifiées dans 118 pays. Ces informations ressortent des meilleures pratiques d’une grande majorité (et parfois de la totalité) des entreprises certifiées.

Steven Van Raemdonck
Country Manager
Top Employers Belgique

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages