< Retour au sommaire

Travail, la soif de liberté

Auteur:Denis Pennel
Editeur:Editions Eyrolles, 176 pages.
ISBN:978-2-212-56756-4
Prix:€18
Face à la grosse fatigue du salariat, Denis Pennel exhorte à planter le nouvel arbre qui portera les fruits d’un travail réconcilié avec la liberté et sera fait pour survivre au monde du XXIe siècle. Car, il en est convaincu: on ne pourra plus longtemps appliquer des solutions éculées pour résoudre les problèmes du futur.

Le travail se sent aujourd’hui à l’étroit dans le moule qu’on lui a forgé, « engoncé dans l’habit qu’on lui a façonné au XXe siècle », nous dit Dennis Pennel, directeur général de la World Employment Confederation et expert reconnu du monde du travail (il est notamment l’auteur de Travailler pour soi, paru en 2013). « La relation standardisée établie à travers l’organisation fordiste de l’emploi (contrat à durée indéterminée, travail répétitif et calibré, unité de lieu et de temps) a évolué au profit de contrats de travail plus courts et flexibles (CDD, intérim, temps partiels). Mais, aujourd’hui, c’est en dehors du salariat que s’inventent de nouvelles manières d’exercer son activité professionnelle: auto-entrepreneur, travail via des plates-formes numériques, renouveau de l’artisanat à travers les ‘fab labs’ et autres masers, renaissance du petit commerce de proximité… »

Pour ce défricheur de tendances, mais aussi influenceur auprès de grandes institutions telles que le Bureau international du travail ou les institutions européennes, l’évolution du travail est en réalité celle d’une « longue marche vers toujours plus de liberté ». Le salariat, caractérisé par la relation de subordination, a étouffé le travail dans un cadre trop rigide et coercitif, conçu à l’ère de l’usine. Devenu protéiforme, collaboratif, agile, autonome, le travail est en train de faire sa révolution, explique-t-il.

Les signes en sont nombreux, dont le fait que le couple emploi-travail, autrefois reflet d’une symbiose parfaite, se déchire désormais. « On assiste au passage d’une société de l’emploi à une société des activités professionnelles, certaines rémunérées, d’autres non, écrit Denis Pennel. Un travail peut recouper plusieurs emplois (multiactivité) ou, inversement, un emploi peut recouvrer diverses positions et tâches à effectuer (multisalariat). On cumule bénévolat, travail en tant que consommateur, travail des foules (crowdworking): bienvenue dans l’ère du self-emploi et de la multiactivité. »

L’enjeu aujourd’hui consiste à trouver cette troisième voie pour le travail, entre un salariat moribond et le précariat, cette horde de travailleurs soumis à la subordination du salariat aux revenus incertains et insuffisamment couverts par le système de protection sociale, inventée pour le CDI à temps plein. Denis Pennel baptise cette nouvelle forme de travail nécessaire le « libertariat », une « adaptation du travail à l’environnement économique et social de notre siècle : libérer le travail de l’emploi, permettre aux individus de redevenir acteurs et sujets de leur travail. Liberté et sécurité, indépendance et stabilité, collaboration et protection. Concrètement, cela impose de complètement revoir notre droit du travail pour redonner à la liberté toute sa place. » Et cela implique aussi de revoir les pratiques de management et de GRH pour tenir compte des nouvelles réalités du travail et des enjeux qu’elles posent.

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages