< Retour au sommaire

Renaissance

Auteur:Hubert Landier
Editeur:Éditions L’Harmattan, 272 pages.
ISBN:978-2-343-14265-4
Prix:€27
Les ambitions d’Hubert Landier sont clairement affichées dans le sous-titre de cet ouvrage hors normes: « réinventer le travail, réinventer l'entreprise, une urgence pour préserver l'humanité ». Son propos ne relève pas d’un livre de management, mais bien d’une analyse rafraîchissante des impacts de la vie de l’entreprise sur l’avenir de l’humanité.

Professeur émérite à l'Académie du travail et des relations sociales de la Fédération de Russie, vice-président de l'Institut international de l'audit social, secrétaire général de l'Association Condorcet pour l'innovation managériale, membre du Centre international d'études et de recherches transdisciplinaires et membre du comité éditorial de plusieurs revues, Hubert Landier propose une analyse sans complaisance des principes philosophiques qui sont à l’origine des pratiques économiques actuelles. Et, pour lui, la conclusion est claire: celles-ci ont pour effet de conduire l’humanité dans une impasse. La question est donc explicitement posée: face aux effets du dérèglement climatique, notamment, l’Occident et son mode de développement économique ont-ils un avenir?

Au-delà d’un constat de départ pour le moins pessimiste, Hubert Landier livre une présentation concrète des pratiques émergentes qui réinventent travail et entreprise sur une base différente et « écocompatible ». Il propose également la modification de son cadre juridique et le passage de la valeur actionnariale à la valeur globale. « La valeur globale intègre les légitimes intérêts des actionnaires, mais également ceux des clients, des fournisseurs et des collectivités publiques, explique-t-il. L’existence d’une constitution de l’entreprise, en soumettant la stratégie de l’entreprise non seulement au vote des actionnaires, mais conjointement à celui des salariés, aurait pour effet de modifier substantiellement les objectifs qu’elle s’assigne en leur donnant une assise plus large que le seul intérêt des actionnaires. Salaires et dépenses de formation cesseraient de figurer comme autant de coûts pour constituer désormais des investissements porteurs d’avenir. »

Un intéressant chapitre est consacré au dialogue social, en particulier sur ses renouvellements et sur ceux qui peuvent paraître souhaitables. Hubert Landier évoque tout d’abord la « démocratie au quotidien », à savoir l’existence de règles stables, connues et acceptées comme telles, ainsi que la « démocratie de proximité », par la possibilité pour le travailleur de participer, à la mesure de ses compétences, à la définition des objectifs relatifs à son activité et à l’organisation au sein de son collectif de travail. « Enfin, la démocratie dans l’entreprise consiste à pouvoir peser sur le devenir de celle-ci et à n’être pas subordonné, en ce qui concerne son devenir propre, aux décisions imposées par les seuls investisseurs en fonction des intérêts qui sont les leurs. Cet exercice de la démocratie passe par le mandat confié aux représentants du personnel et à la possibilité pour eux de se faire entendre auprès de la direction au même titre que les représentants des actionnaires. Il s’agit pour les uns et pour les autres de se mettre d’accord sur une vision commune de l’avenir de l’entreprise. »

Et c’est sur cette base seulement que l’auteur en vient au management. « Il apparaît que le management tel qu’il est enseigné, est envisagé indépendamment de toute discussion qui pourrait porter sur la gouvernance, d’une part, et, d’autre part, sur le dialogue social, observe-t-il. La gouvernance est considérée comme allant de soi. Et le dialogue social se trouve limité à des spécificités nationales secondaires. C’est là une grave erreur. » Hubert Landier conclut par la nécessité de reconstruire l’entreprise « par le bas », dans une perspective de management humain.

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages