< Retour au sommaire

Pour en finir avec le management efficace

Auteur:François FOURCADE, René BARBIER et Christian VERRIER
Editeur:Pearson, 218 pages.
ISBN:978-2-7440-6627-6
Prix:€24
La quête de l’optimisation des systèmes ne conduit à rien et passe à côté de l’essentiel. Constat : celui de l’inefficacité du management justement affirmé comme efficace

« La mode managériale pousse à la vitesse, à l’urgence, mais personne n’interroge la performance de ces modèle qui font que l’on ne prend que de mauvaises décisions en espérant ne jamais être rattrapé par les conséquences de ces mêmes décisions, dénoncent François Fourcade (ESCP Europe/CIRPP), René Barbier (Paris 8) et Christian Verrier (UCP). Sans parler d’impact humain ou écologique, même du point de vue réducteur de la performance financière, le management actuel n’est plus efficace. » Pour eux, le modèle actuel de l’entreprise est mort.

Les auteurs ne s’arrêtent pas à un simple éloge funèbre. Ils puisent leur inspiration en Orient, notamment dans les philosophies chinoises, pour définir les 7 principes d’une efficacité « autre » : le principe de globalité harmonieuse de l’énergie, le principe de régulation, le principe de confiance, le principe de relation et interdépendance, le principe d’emboîtement hiérarchique, le principe d’ordre et discipline, et le principe de médiation. L’idée est, dans la lignée des travaux d’Henry Mintzberg, de développer une véritable sagesse managériale qui cherche non plus à résoudre directement les crises, mais à concevoir autrement le rôle du manager pour parvenir à un changement profond des individus et des mentalités au sein de l’entreprise.

« Face au poids des structures économiques et politiques capitalistes et ultralibérales, aujourd’hui globalisées et mondialisées, c’est véritablement un travail sur ses propres conditionnements qui permettra au manager de se positionner chaque jour plus librement, de conscientiser ce qu’il est au sein d’un tel système », soulignent-ils. Mais, en plus du changement personnel, l’acte de manager revêt désormais une dimension politique importante. Le manager tel qu’ils l’envisagent, porteur de résistance individuelle et collective, se doit de s’engager personnellement dans une action cohérente avec le changement, pour la nouvelle efficacité dont il est promoteur. Cette cohérence pourrait conduire à abandonner des formes convenues de management et donner envie de créer du différent, avec au moins comme effet espéré qu’elle vienne interroger d’autres managers, créant ainsi une sorte de prise de conscience transformatrice plus large. »

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages