< Retour au sommaire

Les multinationales émergentes

Auteur:Georges Nurdin et Soraya Djermoun
Editeur:L'Harmattan , 240 pages.
ISBN:978-2-343-07217-3
Prix:€24,50
Tout le monde sait citer les économies émergentes, mais on sait très peu des entreprises multinationales émergentes qui sont les véritables moteurs de ces économies. Exploration

Qui, dans nos pays, a entendu parler de Dangote, Al Ghurair, Marico, Arçelik, Sabic ou Cevital? Que sait-on de leurs stratégies, de leur gouvernance, de leurs business models, ou encore de leur gestion de l’humain au travail? Bien peu de recherches et de publications existent sur le sujet. Georges Nurdin, ancien directeur général ou président de filiale sur les cinq continents au sein de grands groupes internationaux, et Soraya Djermoun, consultante en développement international et spécialiste des questions géostratégiques, sont partis à la découverte de ces entreprises. « Déjà, les pays émergents qualifiés de BRICs (Brésil, Russie, Inde, Chine) ne sont plus vraiment ‘émergents’ et peuvent être qualifiés d’émergés, observent-ils. Les nouveaux pays émergents sont ailleurs. Cet ‘ailleurs’ se situe principalement en Asie et en Afrique subsaharienne. Cet ‘ailleurs’ réduit progressivement l’Europe, selon le mot de Paul Valéry, au rang de ‘petit cap du continent asiatique’, éloigné de la future croissance mondiale et en marge des prochaines principales routes commerciales. »

Après les BRICs, les pays qui apparaissent les plus prometteurs regroupent, toutes classifications confondues (Next Eleven, E7, MIKT, CIVETS) l’Afrique du Sud, le Bangladesh, la Corée du Sud, l’Egypte, l’Indonésie, l’Iran, le Mexique, le Nigeria, le Pakistan, les Philippines, la Turquie et le Vietnam. Mais, déjà, se pressent au portillon de nouveaux candidats à l’émergence économique: Angola, Mozambique, Ghana, Côte d’Ivoire, Kazakhstan, Malaisie, Colombie, Arabie Saoudite…

Sur base des quelques centaines d’entreprises multinationales analysées, les auteurs identifient six stratégies génériques de développement international, dont certaines se regroupent sous le mode « Smartitude »: les émergentes ont toutes en commun de devoir faire avec ce qu’elles ont. « Donc loin du luxe, de l’abondance, de la ‘politique’ et des superstructures de leurs homologues occidentales. Elles ont dû apprendre, faute d’alternative, à utiliser leur cervelle plus que leur bras. Et sur ce terrain de la Smartitude, elles sont expertes. »

Quatre stratégies génériques caractéristiques de la Smartitude en résultent: faire d’une marque locale une marque internationale (comme c’est le cas de Natura, Samsung, Haier, Mahindra, Tata, etc.), utiliser sa R&D et sa capacité d’engineering comme un levier à son développement international (Haier ou Chigo en Chine, Arçelik en Turquie), développer une stratégie de niche qui permettent de prendre le contrôle, au niveau mondial, d’un segment de marché (Marico en Inde ou Johnson Electric de Honk Kong), ou encore déployer à l’international, la plupart du temps par acquisition, le business model qui a fait leur succès dans leur pays d’origine (Cemex au Brésil).

Georges Nurdin et Soraya Djermoun ont analyse plus en profondeur 25 entreprises émergentes, toutes emblématiques de croissance et de profitabilité à faire pâlir les « fleurons » du CAC 40. « Sauf qu’il est probable qu’avant aujourd’hui, vous n’en ayez jamais entendu parler. Ce qui en dit long sur notre isolement au monde. Il est vrai que, pour la plupart d’entre elles, elles n’existaient pas il y a dix ou quinze ans. Ce qui en dit encore plus long sur la vitesse à laquelle se meut le monde… »

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages