< Retour au sommaire

Le manager presque parfait... et qui ne cherche surtout pas à le devenir

Auteur:Antoine Carpentier
Editeur:Dunod , 232 pages.
ISBN:978-2-10-074827-3
Prix:€22
Vous cherchez le manager parfait? Il n’existe pas! Les meilleurs managers ne cherchent pas à devenir parfaits. Ils cultivent leurs points forts.

Antoine Carpentier est passionné de sport. Mais il sait se montrer lucide. « Yannick Noah, Aimé Jacquet, Daniel Costantini et Claude Onesta, Fabrice Pellerin et tant d’autres entraîneurs d’athlètes ou d’équipes victorieuses ne sont ni des gourous, ni des magiciens, ni des sorciers, indique-t-il. Leurs résultats, et avant cela leurs actions, leurs discours, leurs choix ne relèvent ni du hasard bien sûr, ni d’un talent mystérieux, ni du miracle. Ils procèdent du respect de quelques principes universels. »

Ce sont ceux-ci qu’il souhaite partager dans ce livre, d’abord en explorant la notion d’engagement, puis en exposant la meilleure façon, selon lui, de progresser dans l’accomplissement de sa mission de manager. Le cœur du livre détaille les six principes fondamentaux sur lesquels se construisent les relations humaines motivantes, fortes, solides, durables et capables de générer de l’engagement. « Ces principes sont antinomiques les uns par rapport aux autres, précise-t-il. Personne ne peut posséder toutes les qualités et leur contraire en même temps. Par nature, tout ‘manager’ est incomplet: il construit les relations qu’il peut avec les qualités qu’il a. » Ou qu’il développe.

Selon ce schéma, le manager serait… un mouton à six pattes : reconnaissance, sanction, concentration, vision, valorisation et formation. « Ce qui caractérise les ‘bons’ managers, c’est leur capacité à jouer sur des registres différents, en apparence contradictoires: apporter beaucoup d’attention et savoir, lorsqu’il le faut, faire preuve d’autorité; mobiliser autour d’un projet d’avenir et savoir concentrer l’équipe sur les actions du jour; encourager les efforts et vouloir des progrès. »

Certains, à l’heure de l’entreprise « libérée », de la révolution numérique, du virtuel, du 2.0 et des réseaux sociaux, nous annoncent la mort du management. Antoine Carpentier s’inscrit à l’opposé de cette idée: « La demande de relation n’a pas disparu. Bien au contraire, dans cet univers de communication (et non de relation) éphémère et virtuel, l’individu a plus que jamais besoin de ces managers motivants, ces moutons à six pattes. Voilà l’enjeu des années à venir: renouer avec les principes fondateurs et essentiels de la relation humaine. Les outils de management en entreprise, les méthodes pédagogiques à l’école, les techniques d’animation en formation, ou encore les exercices d’entraînement sportif n’ont de sens que s’ils servent et appuient ce que la relation humaine construit. »

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages