< Retour au sommaire

Le management par le zen

Auteur:Lionel Guillain
Editeur:Editions L’Harmattan , 176 pages.
ISBN:978-2-343-09934-7
Prix:€18,50
Si le travail est, depuis des siècles, considéré comme une contrainte, il peut aussi être source d’équilibre. Pour autant de développer un management fondé sur l’empathie.

« Le chef autoritaire a vécu et personne ne le regrette, souligne Lionel Guillain dans son introduction. Le dirigeant d’aujourd’hui ne se cache plus derrière un masque antisocial tout en s’appuyant sur des méthodes héritées du XIXe siècle, car tout simplement celles-ci sont inadaptées à notre époque . » Une époque où le travail n’est plus seulement à considérer comme une contrainte: « Beaucoup d'entre nous ignorent que le travail est une source de bienfaits que l'Homme recherche instinctivement ».

Sans parler de philanthropie, ce livre parle de management qui, par définition, tient compte du bien-être personnel et offre de nouvelles perspectives dans lesquelles l'empathie est un des facteurs de succès. En appliquant les principes fondamentaux du Zen, nous dit ce docteur en sciences humaines de l’Université de Paris-Sorbonne, maître de conférences en culture et communication et conseiller en entreprise, le dirigeant améliorera la communication, permettra au personnel de se réaliser et profitera de la clarté et des bienfaits économiques qui en découlent.

L’approche développée se raccroche à de nombreux sujets dans l’air du temps: le leadership authentique, la résilience, la gestion par les valeurs, les dynamiques collaboratives. Mais aussi le « lâcher-prise », c’est-à-dire « arrêter de tout superviser, se détacher de tout et apprendre à faire pleinement confiance à travers la rencontre de l’autre. Trop souvent centré sur lui-même, un responsable a tendance à laisser son sentiment d’empathie s’altérer. Au fil du temps, il se referme sur lui-même, ne comprend plus ses subordonnés et n’est plus du tout en résonance avec eux. Son management devient mécanique. »

Autre enjeu, selon l’auteur: éliminer la dictature de l’ego. « L’expression ‘être zen’ du point de vue de l’entreprise se définit comme un attachement très important au facteur humain tout en veillant à ce que les salariés se penchent à l’intérieur d’eux-mêmes et se connectent entre eux afin de s’épargner des conflits de bas-étage, indique-t-il. Tout le malheur vient de l’ego et de l’amour de soi. Tout le bonheur de travailler ensemble a pour nature de laisser les humains remplir leurs pulsions naturelles pour construire les meilleurs systèmes basés sur l’eudémonisme. C’est pourquoi le plaisir de travailler ensemble ne s’affiche plus dégradant, mais bien au contraire comme un bien-être. »

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages