< Retour au sommaire

Et si on ajoutait de l’humanisme et de la spiritualité à notre civilisation numérique…

Auteur:Jean-Paul Lafrance
Editeur:Editions L'Harmattan, 208 pages.
ISBN:978-2-343-12867-2
Prix:€21,50
A partir d’une réflexion philosophique sur la révolution numérique, Jean-Paul Lafrance, professeur en Sciences de l’information et de la communication à l’Université du Québec à Montréal, s’interroge sur ses avantages et ses inconvénients. Sa conclusion: l’humain ne peut pas compter uniquement sur l’action de l’Etat pour domestiquer le marché, il doit aussi s’auto-discipliner.

Le numérique est-il un humanisme qui prend en compte le bien-être des citoyens? Les données personnelles offertes par les utilisateurs sont le « trésor de guerre » des grandes entreprises du web et constituent la ressource principale de l'économie numérique grâce aux techniques du data mining. Parallèlement se développent des entreprises de services qui utilisent des plateformes de distribution numérique, comme Uber ou Airbnb, et contribuent au phénomène de macdonalisation du travail et à l'appauvrissement de la classe moyenne. Que faire alors pour éviter la suppression des emplois qui résultent de l'automatisation et de la robotisation du travail?, s’interroge Jean-Paul Lafrance.

Pour l’auteur, la grande menace du numérique vient en réalité de la transformation du type d’économie dans laquelle nous sommes en train d’accéder: « Nous passons d’une économie manufacturière vers une économie de services et de communication, écrit-il. Le numérique sait maintenant comment automatiser les services et les transactions humaines, grâce aux progrès de l’intelligence artificielle et de la robotique informationnelle. La saignée dans les emplois risque d’être cruelle: si la famille moyenne n’arrive plus à vivre décemment, même avec deux salaires, que faire? »

Que faire pour éviter la suppression des emplois qui résultent de l’automatisation et de la robotisation du travail? L’auteur invite à sortir d’une économie néolibérale et financière et à transformait notre conception du travail, hérité du XIXe siècle janséniste et de la révolution industrielle. Une des solutions, c’est, pour l’auteur, le revenu minimum garanti pour tous, « ce qui permettrait aux démunis, aux chômeurs disqualifiés de voir venir, c’est-à-dire de se requalifier ou de vivre autrement. »

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages