< Retour au sommaire

DRH: Le livre noir

Auteur:Jean-François Amadieu
Editeur:Editions du Seuil , 240 pages.
ISBN:978-2-02-109933-1
Prix:€19,90
Les croyances erronées et les modes sont légion en GRH. Les DRH, conscientisés à ces dérapages, doivent contribuer à éradiquer les pratiques douteuses, pointe Jean-François Amadieu.

Depuis trente ans, Jean-François Amadieu, professeur à Paris 1-Panthéon-Sorbonne, travaille avec les grandes entreprises françaises en vue, notamment, d’y améliorer le dialogue social, de mieux gérer les politiques salariales et de lutter contre les discriminations. Ce sociologue français a créé, en 2003, l’Observatoire des discriminations – qu’il dirige toujours – pour mesurer les diverses formes de discriminations et traiter conjointement les facteurs conduisant à des inégalités d’accès à l’emploi, de carrière, de salaires, d’accès à la formation, etc.

Dans DRH: Le livre noir, il dresse un tableau plutôt sombre du management: un recrutement souvent irrationnel et discriminatoire, le recours à des coachs aux techniques ésotériques, des salaires et des carrières dépendant des réseaux plus que des résultats, une évaluation des performances tout sauf performante. « Une chape de plomb pèse sur certaines pratiques, empêchant d’en parler librement, dénonce-t-il. Dans certaines firmes, tout se passe comme si les dérives et dysfonctionnements du management ne devaient surtout pas être montrés du doigt, comme si une loi tacite l’interdisait. » 

Le livre est intéressant à plus d’un titre, et notamment car il pose la question de l’identification de vraies bonnes pratiques. « En GRH, il existe une production académique, relativement jeune, mais qui a du mal à passer dans les pratiques professionnelles. Je le concède: nous avons besoin d’une recherche académique plus audacieuse: dans beaucoup de cas, la recherche en GRH tend à décrire la situation existante, mais hésite à dresser des critiques afin d’éviter de mettre dans l’embarras les entreprises avec lesquelles elle travail. »

Bien évidemment, tout ce qui est produit par la recherche n’est pas forcément à prendre comme étant la vérité. « Mais quand les travaux scientifiques s’accumulent et convergent, on finit par avoir une vision claire. A ce moment-là, il faut éliminer ce qui ne relève pas des bonnes pratiques. Ce serait une négligence morale de ne pas le faire car – et plus encore dans le contexte économique actuel –, l’entreprise n’a pas d’argent à dépenser pour du n’importe quoi. Le DRH gagnerait en crédibilité et en impact à mettre un frein à des pratiques qui ne sont pas validées. »    

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages