< Retour au sommaire

De l'absurdité d'être accro au boulot

Auteur:Annie Kahn
Editeur:Éditions Jean-Claude Lattès, 286 pages.
ISBN:978-2-7096-5970-3
Prix:€18
Travailler durant des heures indues est contre-productif. Avoir un conjoint et des enfants est un atout pour progresser. Mieux vaut paraître doué que bosseur. Les papas poules améliorent la productivité globale des entreprises. En ne suivant pas les processus, on est plus efficace. Ce sont là quelques-uns des enseignements de travaux scientifiques parmi bien d’autres que nous propose la journaliste Annie Kahn.

Titulaire depuis plus de six ans de la chronique « Ma vie en boîte » qu’elle a créée pour Le Monde, la journaliste Annie Kahn traque les travaux des chercheurs en psychologie, sociologie, neurosciences du monde entier. Dans leurs laboratoires, à Washington, Boston, Pékin, Singapour, Paris ou Toulouse entre autres, ils sont bien souvent inconnus du grand public. En étudiant leurs travaux, elle a découvert nombre de paradoxes étonnants et édifiants dans le monde du travail. Son livre rassemble les plus percutants parmi les plus récents pour, entre autres, diagnostiquer son chef, voir d’un autre œil sa vie de famille, prendre le meilleur de la technologie et résister au pire, connaître ses défauts et en tirer profit, ou encore ne pas renoncer à ses idéaux.

« La mode est au ‘bonheur au travail’: après les drames attribués à la ‘souffrance au travail’, il fallait bien changer de registre, écrit l’auteur. Prise de conscience louable. Et certaines entreprises ou dirigeants se sont très sincèrement attaqués à la question. Leurs réflexions, leurs initiatives sont passionnantes. » Annie Kahn dit vouloir contribuer à les propager. « Mais aussi éviter qu’elles ne soient dévoyées par ces pseudo-consultants qui s’en sont emparés pour vendre des recettes vite apprises. C’est en montrant, en décrivant des cas exemplaires que l’on peut barrer la route aux charlatans, pour qu’ils ne brouillent pas les messages des pionniers au point de les vider de leur sens, de leur ôter tout intérêt, et d’ouvrir ainsi la voie à tous les dénigrements. »

Un chapitre est ainsi consacré à l’identification des modes managériales… et à la façon d’en tirer profit. On y parle ainsi de « vacances toute l’année », d’entreprise libérée, de bienveillance, d’optimisme, de méditation, mais aussi d’esprit d’équipe, de solidarité, de digitalisation, de guerre des talents et, bien sûr, de ce fameux « bonheur au travail ». Plus original, Annie Kahn explore les vertus de la diversité et, surtout, de la famille présentée comme « un atout pour progresser ». Ainsi, les travaux académiques le confirment: s’impliquer dans les tâches domestiques représente une excellente formation aux fonctions d’encadrement et de direction. Et, « être un bon leader requiert les mêmes qualités que pour être un bon parent ».

Annie Kahn montre également qu’il existe des clés pour diminuer le nombre et la violence des situations toxiques que l’on peut vivre en entreprise. Des clés inattendues, dont la connaissance est aussi surprenante que réjouissante. Et elle se dit optimiste: « Le ras-le-bol exprimé aujourd’hui tant face à l’immoralité de la vie publique que face aux inégalités flagrantes, en matière de revenu, de genre, de milieu social, qui sévissent dans les entreprises, peut laisser augurer d’un retour de balancier. Vers plus d’équité après les excès des décennies passées… »

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages